Accès aux soins Jusqu’à 6 mois pour voir l’ophtalmologiste

Accès aux soins

Jusqu’à 6 mois pour voir l’ophtalmologiste

Publié le : 10/10/2018 

La désertification médicale a des conséquences sur les délais de rendez-vous médicaux, surtout lorsqu’il s’agit de consulter un spécialiste.

 

Une étude de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) auprès de plus de 20 000 personnes publiée hier montre que, malgré la désertification médicale, il est encore plutôt facile d’obtenir un rendez-vous médical. Du moins lorsqu’il s’agit de soins primaires. Pour voir un généraliste, il faut 6 jours en moyenne. En cas d’apparition ou d’aggravation de symptômes, le délai d’attente est nettement raccourci : la moitié des demandes se soldent par un rendez-vous dans la journée.

Voir un spécialiste est nettement plus compliqué. La Drees a compté 3 semaines pour une consultation pédiatrique ou en radiologie, un mois et demi pour un rendez-vous gynécologique, 50 jours pour une visite chez un médecin cardiologue et 80 jours pour l’ophtalmologiste. Là encore, c’est une moyenne : pour faire contrôler ses yeux, par exemple, le délai atteint 110 jours dans un quart des cas, et pour 10 % des demandes, il faut 189 jours pour fixer un rendez-vous ! L’apparition ou l’aggravation de symptômes réduit le délai, mais même alors, il faut quand même patienter en moyenne 20 jours… L’insatisfaction est d’ailleurs importante concernant le délai de rendez-vous chez l’ophtalmologiste.

Sans surprise, les situations les plus difficiles sont répertoriées dans les endroits connus pour manquer de médecins : les zones rurales autour des grandes agglomérations urbaines, la périphérie des petites et moyennes villes, et les communes loin de tout. La Drees ne précise pas exactement quels sont les territoires les plus touchés par des délais de rendez-vous excessifs. Pour savoir si vous vivez dans un désert médical, il est possible d’utiliser notre carte interactive de la fracture sanitaire.

Anne-Sophie Stamane

Contacter l’auteur(e)

asstamane