Bricolage Les principaux types de colles

Bricolage

Les principaux types de colles

Publié le : 28/08/2018 

Les colles se répartissent selon leur usage : les colles d’assemblage à utiliser sur des grandes surfaces lisses (moquette, carrelage, parquet) ; les colles de réparation (petites surfaces) et les colles de fixation pour surfaces irrégulières (bois, plaque de plâtre, béton…). Enfin, à l’intérieur de ces trois catégories, il existe plusieurs types de colle. Décryptage.

 
→ Test Que Choisir : Comparatif Colles de réparation

Les colles vinyliques

Ce sont des colles blanches conditionnées en tube, biberon ou pot (selon l’ampleur du travail) destinées principalement au bois, au papier et au carton. Leur solvant étant de l’eau, elles ne sont pas toxiques mais ne conviennent généralement pas en extérieur.

Les colles acryliques

Faciles à utiliser, elles se présentent le plus souvent sous forme de gel. À base de résine acrylique, donc sans solvant, elles ne dégagent ni gaz nocif ni odeur. Elles permettent le collage du caoutchouc, du PVC, du verre, des matières poreuses, du polystyrène expansé, etc. Elles se nettoient à l’eau et deviennent invisibles en séchant, mais résistent mal à l’humidité.

Les colles cyanoacrylates

Connues sous le nom de « glue », elles assurent un assemblage très fort quasi instantanément (10 secondes en général) avec très peu de produit. Sans solvant, elles sèchent sous l’action de l’humidité de l’air. Sous forme liquide, elles s’adressent surtout aux matériaux durs et lisses (verre, métal, plastique…) alors qu’en gel, elles sont mieux adaptées aux matières poreuses (céramique, cuir, caoutchouc…). Leur utilisation nécessite de se protéger les yeux et la peau et de procéder dans un environnement ventilé. Attention, l’assemblage est sensible aux vibrations et aux chocs.

Les colles néoprènes

Ce type de colle convient particulièrement aux matériaux poreux et/ou souples (cuir, caoutchouc, bois, métal, carrelage, verre, plastique, carton, PVC…). Ces produits contiennent des solvants volatils et inflammables et dégagent une forte odeur imposant une très bonne ventilation de la zone de travail.

Les colles époxy

Il s’agit de colles bi-composants (résine et durcisseur) qu’il faut mélanger pour qu’elles durcissent. Très puissantes, très résistantes à l’humidité et au vieillissement, ces colles conviennent très bien au métal, bois, porcelaine, verre, carrelage, terre cuite, plastique… Inconvénient : elles sont très polluantes.

Les colles MS polymères

Il s’agit de mastics-colles à base de silicone modifié (MS) qui reste souple en séchant. Ces colles sans solvant et inodores s’utilisent aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur. Elles collent presque tout : métaux, bois, polyester, verre, caoutchouc, béton, marbre, faïence, brique, PVC… et le maintien est immédiat. De couleur blanche, noire ou transparente, elles peuvent être recouvertes, directement après application, par tous types de peinture.

Les colles polyuréthanes (PU)

De type mastic-colle, les colles PU, destinées aux travaux importants, permettent de coller le bois, le métal, le verre, les matériaux poreux (brique, plâtre, enduit…). Comme elles restent souples après séchage, elles encaissent très bien les chocs et vibrations et résistent à l’humidité comme à la chaleur. Attention, ces produits dégagent des éléments cancérogènes appelés isocyanates et sont très irritants pour les yeux.

La toxicité des colles

Vu l’utilisation occasionnelle des colles de réparation, nous n’avons pas jugé opportun de réaliser des mesures de toxicité lors de notre test. Néanmoins, en nous basant sur les données diffusées par les fabricants, nous avons pu relever certains risques. D’autre part, nous avons cherché à savoir si les précautions d’utilisation étaient clairement mentionnées sur les emballages. Ainsi, avec toutes les colles cyanoacrylates, il faut éviter le contact avec la peau et surtout les yeux et ne pas respirer les vapeurs. À noter que l’Ultra Glue de U ne signale pas l’aspect irritant et n’affiche pas l’étiquetage dédié. Les colles néoprènes dégagent toutes des vapeurs très inflammables, donc la cigarette est à proscrire lors de l’utilisation et il est conseillé de bien ventiler la pièce. Elles sont irritantes pour les yeux et la peau et leur inhalation peut provoquer somnolence ou vertiges. Enfin, elles sont toxiques pour les milieux aquatiques. Les trois colles époxy testées contiennent du bisphénol-A-épichlorhydrine qui les rend irritantes. Deux d’entre elles, de marque Sader, sont même corrosives et peuvent provoquer des brûlures de la peau ainsi que des lésions graves aux yeux, à cause des substances contenues dans leur durcisseur. Ces colles sont aussi toxiques pour les milieux aquatiques. Les colles MS polymères et acryliques ont l’avantage d’être très faiblement toxiques et ne portent donc aucune mention spéciale. Certaines indiquent cependant qu’elles peuvent provoquer une réaction allergique.

Les logos d’avertissement

picto-colle-GHS02---risque-dinflammabilite
GHS02 : risque d’inflammabilité
picto-colle-GHS05---produit-corrosif
GHS05 : produit corrosif
picto-colle-GHS07---irritabilite
GHS07 : irritabilité

 

picto-colle-GHS09---toxicite-pour-les-milieux-aquatiques
GHS09 : toxicité pour les milieux aquatiques

 

Lars Ly

Rédacteur technique